Navigation – Plan du site
Les chroniques
Notes de lecture

Alcione Meira AMOS, Os que voltaram. A história dos retornados afro-brasileiros na África Ocidental no século xix

Belo Horizonte, Ed. Tradição Planalto, 2007, 175 p.
Emmanuelle Kadya Tall
p. 279-280
Référence(s) :

Alcione Meira AMOS, Os que voltaram. A história dos retornados afro-brasileiros na África Ocidental no século xix, Belo Horizonte, Ed. Tradição Planalto, 2007, 175 p., ISBN : 9788599361023.

Texte intégral

1Le livre d’Alex Haley Roots publié en 1976 et mis en image l’année suivante dans un célèbre feuilleton, devait réamorcer l’intérêt des chercheurs en sciences sociales issus du Nouveau Monde pour le mouvement de retour des descendants d’esclaves africains vers l’ancien continent, à partir du xixe siècle lorsque l’esclavage allait être progressivement aboli dans l’ensemble des anciennes colonies européennes.

2Ainsi le Brésil, dernier pays à abolir l’esclavage en 1888, allait tout au long du dix-neuvième siècle poursuivre un commerce avec la Côte occidentale de l’Afrique, d’abord négrier avant de lui substituer progressivement l’économie de plantation de palmier à huile, à partir du milieu du siècle. Les anciens esclaves affranchis, provenant en majorité de l’État de Bahia allaient peu à peu remplacer les négriers européens, et cette nouvelle classe de marchands et d’artisans allait former dans leur pays d’accueil, un nouveau groupe ethnique appelé Aguda au Bénin et Nigéria et Tabon au Togo et au Ghana. Ces Africains du Brésil vont en effet s’imposer par leur savoir-faire commercial et artisanal mis au service des pouvoirs régnants, jusqu’à se fondre dans le tissu social de leur pays d’accueil.

3C’est à la rencontre de ces Brésiliens en Afrique qu’Alcione Meira Amos nous convie dans un livre clair et précis. Historienne et documentaliste, l’auteur ne prétend pas proposer un nouvel éclairage sur la formation sociale de ces Brésiliens d’Afrique occidentale, s’attachant à présenter une synthèse des connaissances historiques et anthropologiques sur ces communautés côtières qui ont largement participé au destin socio-économique de leur pays d’accueil du milieu du xixe jusqu’aux Indépendances. D’une plume alerte, elle dresse à travers quatre chapitres illustrés par des photos d’archives, le destin de ces « Retournés » au Bénin, au Ghana, Nigeria et Togo à partir de la généalogie de certaines familles parmi les plus célèbres encore aujourd’hui.

4Parmi les 3 902 000 Africains déportés au Brésil, du xvie au xixe siècle, l’auteur note qu’on pourrait s’étonner du faible nombre de Retournés (évalués entre 3 000 et 8 000 selon les historiens). Mais ce que nous trouvons surprenant est moins leur faible nombre – lequel s’accroît avec les alliances matrimoniales tissées sur le continent et l’inclusion des esclaves dans leur groupe « ethnique » –, que le fait qu’ils aient constitué et continue de constituer une communauté singulière et transnationale, en dépit de la perte de la langue portugaise. Cependant, l’architecture baroque, l’art culinaire, la fête des rois mages et le Carnaval ont laissé une empreinte durable sur toute cette ancienne Côte.

5Toutefois, on pourra regretter que l’auteur parfaitement à l’aise dans le maniement des traditions universitaires anglo-saxonnes, brésilienne et française, n’ait pas cherché à rendre compte des débats théoriques sur la construction des identités dans cet Atlantique sud. Il nous semble en effet dommage qu’elle n’interroge pas plus en avant cette identité « brésilo-africaine » au regard de travaux comme ceux de Peel sur l’identité yoruba qui s’est construite et, nous ne pensons pas que ce soit un hasard, à la même période. Une vision essentialiste de l’identité brésilienne de ces Retournés en Afrique parcourt l’ensemble du livre, même si l’auteur reconnaît que ces « Brésiliens » ne désignent pas uniquement des descendants de Retournés.

Septembre 2009

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Kadya Tall, « Alcione Meira AMOS, Os que voltaram. A história dos retornados afro-brasileiros na África Ocidental no século xix », Lusotopie, XVI(2) | 2009, 279-280.

Référence électronique

Emmanuelle Kadya Tall, « Alcione Meira AMOS, Os que voltaram. A história dos retornados afro-brasileiros na África Ocidental no século xix », Lusotopie [En ligne], XVI(2) | 2009, mis en ligne le 12 octobre 2015, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://lusotopie.revues.org/229

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Kadya Tall

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Idemec
  • Logo Aix Marseille Université
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo MMSH
  • Revues.org