Navigation – Plan du site
Les chroniques
Notes de lecture

Augusto NASCIMENTO, O fim do Caminhu Longi ; Augusto NASCIMENTO, Vidas de S. Tomé segundo vozes de Soncente

Mindelo, Cap-Vert, Ilhéu Editora, 2007, 144 p. ; Mindelo, Cap-Vert, Ilhéu Editora, 2008, 186 p., photos noir et blanc
René Pélissier
p. 283-284
Référence(s) :

Augusto NASCIMENTO, O fim do Caminhu Longi, Mindelo, Cap-Vert, Ilhéu Editora, 2007, 144 p., sans ISBN.

Augusto NASCIMENTO, Vidas de S. Tomé segundo vozes de Soncente, Mindelo, Cap-Vert, Ilhéu Editora, 2008, 186 p., photos noir et blanc, ISBN : 978-989-95845-0-1.

Texte intégral

1Sept années passées dans l’archipel à titre de professeur coopérant ont déterminé l’orientation santoméenne de l’auteur qui d’historien est devenu docteur en sociologie historique et le plus prolifique des spécialistes de São Tomé (neuf livres publiés entre 2002 et 2008 !). Son domaine, c’est la roça, c’est-à-dire la mère dévorante de l’économie et de la société insulaires aux xixe-xxe siècles. Et dans la plantation, la vie et la position de ceux qui y travaillaient, d’abord les Européens, puis les Mozambicains déportés et maintenant les Capverdiens, volontaires ou pas tout à fait. Ce faisant, il accède facilement au statut d’autorité en la matière car la concurrence locale et internationale est encore faible. Le premier des deux titres examinés ici enregistre des témoignages de Capverdiens restés sur place qui expliquent ce qu’étaient les conditions de vie et de travail à la fin de la période coloniale. On apprend ainsi que le croquemitaine des filhos da terra, le super-Moloch dans la mythologie qui s’est forgée autour de la « guerre de Batepá » en 1953, le gouverneur Gorgulho, en personne, n’a pas laissé de si mauvais souvenirs aux travailleurs capverdiens. Il est vrai qu’étant réputés moins indolents que les natifs – tout au moins ceux qui, ayant franchi la frontière entre eux et les contratados, étaient bien décidés à jouir de leur statut d’hommes libres –, les Capverdiens dans l’archipel étaient légèrement mieux traités que les misérables contratados qui étaient venus du continent dans les conditions que l’on connaît.

2Très intéressants sont les développements consacrés à la position délabrée des Capverdiens qui n’ont pas été rapatriés après l’indépendance. En porte-à-faux par rapport aux filhos da terra, puis marginalisés économiquement et socialement, la décrépitude des roças leur a retiré leur statut d’Européens de seconde classe. Certains regrettent même le « temps des patrons ». De quoi faire frémir un Santoméen de souche ! Le deuxième volume analyse les conditions prévalant dans les années 1950-1970 qui obligèrent ces contratados à quitter Mindelo pour aller travailler sous l’équateur, ce qu’il est convenu d’appeler la pior migração. Et en fait, le peu que nous avons vu (cf. René Pélissier, Explorar, Orgeval, Éditions Pélissier, 1979) de la vie des Capverdiens à São Tomé et à Príncipe en 1966 nous a vite confirmé que ces deux îles, même à la fin de l’époque coloniale, ne pouvaient être tenues pour des destinations de choix par les misérables de São Vicente, chassés par le spectre de la faim. On était encore loin de Gilberto Freyre et de la propagande officielle.

12 mai 2009

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

René Pélissier, « Augusto NASCIMENTO, O fim do Caminhu Longi ; Augusto NASCIMENTO, Vidas de S. Tomé segundo vozes de Soncente », Lusotopie, XVI(2) | 2009, 283-284.

Référence électronique

René Pélissier, « Augusto NASCIMENTO, O fim do Caminhu Longi ; Augusto NASCIMENTO, Vidas de S. Tomé segundo vozes de Soncente », Lusotopie [En ligne], XVI(2) | 2009, mis en ligne le 12 octobre 2015, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://lusotopie.revues.org/239

Haut de page

Auteur

René Pélissier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Idemec
  • Logo Aix Marseille Université
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo MMSH
  • Revues.org