Navigation – Plan du site
Les chroniques
Notes de lecture

John S. SAUL, Decolonization and Empire. Contesting the Rhetoric and Reality of Resubordination in Southern Africa and Beyond

Monmouth (Wales), Merlin Press/Johannesbourg, Wits University Press, 2008
René Pélissier
p. 284
Référence(s) :

John S. SAUL, Decolonization and Empire. Contesting the Rhetoric and Reality of Resubordination in Southern Africa and Beyond, Monmouth (Wales), Merlin Press/Johannesbourg, Wits University Press, 2008, ii + 201 p., ISBN : 978-1-86814-468-6.

Texte intégral

1Prudence dans le choix de notre vocabulaire : un mauvais coup est vite arrivé ! Sera-ce une égratignure pour simple plumitif ? Un coup de pied dans le fondement, suffisant pour un vulgaire déviationniste ? Ou, moins probable, une éventration royale suivie d’une de ces autopsies en règle, réservées aux adversaires vraiment récalcitrants ? L’auteur est un de ces frères prêcheurs de l’Évangile selon saint Marx, en mission, prolongée ou intermittente, pendant les années mi-1960-mi-1980, les « vingt glorieuses » du socialisme mozambicain dans sa phase porteuse d’espérance. Idéologue et polémiste redoutable, brillant universitaire canadien, il a réuni dans ce recueil des articles publiés, des textes de conférence, etc., le tout étant orienté vers une certaine nostalgie de sa jeunesse militante, d’abord à Dar-es-Salam, puis dans ces milieux où des intellectuels étrangers s’efforçaient, à Maputo, de fournir aux cadres du Frelimo une armature doctrinale fondée sur les saintes Écritures. De proprement mozambicains, on ne trouve que deux chapitres partiels et une vingtaine de pages en annexe où il honore la mémoire d’Eduardo Mondlane et, ce qui est plus attendu, de Samora Machel, le reste – c’est-à-dire l’essentiel – du livre étant consacré à une démolition du capitalisme, de la mondialisation et de certains auteurs anglophones qui ont eu le malheur de ne pas épouser ses thèses. Pour être équitable avec cet infatigable bretteur, ajoutons qu’il ne se prive pourtant pas de plusieurs critiques – postérieures – à l’égard de la politique autoritaire du Frelimo. Donc, on lui reconnaîtra volontiers une constante : la fidélité à Marx, même si ses adeptes ont eu – semble-t-il – quelque mal à l’interpréter correctement sous la Croix du Sud, ces dernières années. Quant au contexte sociétal et aux contraintes locales, pourquoi s’en soucier quand on a la Foi et des missionnaires aptes à la propager ?

12 mai 2009

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

René Pélissier, « John S. SAUL, Decolonization and Empire. Contesting the Rhetoric and Reality of Resubordination in Southern Africa and Beyond », Lusotopie, XVI(2) | 2009, 284.

Référence électronique

René Pélissier, « John S. SAUL, Decolonization and Empire. Contesting the Rhetoric and Reality of Resubordination in Southern Africa and Beyond », Lusotopie [En ligne], XVI(2) | 2009, mis en ligne le 12 octobre 2015, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://lusotopie.revues.org/241

Haut de page

Auteur

René Pélissier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Idemec
  • Logo Aix Marseille Université
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo MMSH
  • Revues.org